Eau en Poitou-Charentes : RPDE

     
Sommaire

Action publique Responsabilités

Les collectivités locales


  •  Plan :
    La Commune
    Le Département
    En charente...
    En charente-Maritime...
    En Deux-Sèvres...
    En Vienne...
    Les Institutions Interdépartementales
    La Région

    La Commune

    La Commune a la responsabilité de l’approvisionnement en eau potable (service public) et de l’épuration des eaux usées de sa population. Les obligations dans ce domaine sont encadrées par de nombreuses directives européennes traduites dans le droit français par des lois, des décrets et des arrêtés.

    Le maire n’a pas à proprement parler de pouvoir de police spéciale dans le domaine de l’eau. Il intervient néanmoins dans le cadre de la police générale pour assurer la salubrité, prévenir par des précautions convenables et faire cesser les accidents telles que les inondations et les pollutions de toute nature.

    Les Communes ou leur groupement peuvent pratiquement entreprendre toutes les actions d’aménagement des eaux en terme de lutte contre l’érosion, de défense des rives et du fond des rivières, de curage, d’approfondissement, de redressement, … et d’aménagement, soit du bassin d’un cours d’eau non domanial ou d’une partie de ce bassin, soit d’un cours d’eau non domanial ou d’une section de celui-ci.

    Pour mettre en œuvre leurs compétences, les Communes peuvent se regrouper en syndicat (à vocation unique ou multiple), par exemple :

  •  les syndicats de rivières tels que :
      • le Syndicat d’entre Touvre et Charente (sur le département de la Charente) qui regroupe les communes de Vindelle, Balzac, Brie, Jauldes, Mornac, Champniers, Gond-Pontouvre et Saint-Yrieix.
      • le Syndicat Mixte de la Vallée du Thouet (sur le département des Deux-Sèvres) qui regroupe une trentaine de communes.
      • le Syndicat Mixte pour l’aménagement du Clain qui regroupe plus d’une dizaine de communes.
  •  les syndicats de distribution d’eau potable (SIVEER dans la Vienne, Syndicat des Eaux de la Charente-Maritime …),
  •  les syndicats d’assainissement,
  •  la Charente-Maritime présente la particularité de regrouper au sein de l’Union des Marais de Charente-Maritime (UNIMA), les collectivités locales et les Associations Syndicales Autorisées des propriétaires de marais.

    On observe de plus en plus une reprise des compétences liées à l’eau au niveau des Communautés de Communes et autres groupements intercommunaux à vocation large.

    Pour en savoir plus :
    R.P.D.E. > Mieux connaître l’eau en Poitou-Charentes > Les acteurs, leurs missions
    Cette rubrique permet d’accéder aux cartes situant les structures intercommunales.

    Le Département

    Selon les résultats d’une enquête réalisée en 1997 par l’Assemblée des Présidents de Conseils Généraux (A.P.C.G.), les Départements s’impliquent de plus en plus dans le domaine de l’environnement, l’amélioration de la gestion de la ressource en eau étant au premier rang de leurs priorités.

    Si les Communes ou leurs groupements disposent des principales compétences (distribution, production d’eau potable, assainissement), les Départements jouent un rôle, notamment dans l’assistance technique et l’organisation des programmes d’investissement. En effet, ils sont aujourd’hui les seconds financeurs de la politique de l’eau après les Agences de l’Eau, et participent pour près d’un tiers aux investissements.

    Ainsi, en 2002, 1 325 millions d’euros étaient consacrés à l’environnement, et entre 1996 et 2002, près de deux tiers des dépenses environnementales concernaient le domaine de l’eau. Les données chiffrées globales ne traduisent pas la diversité des nombreuses actions des Départements. Cependant, les dépenses liées à l’eau représentent environ :

  •   3,1 % des dépenses totales des Départements en 2002, soit près de 1,26 milliards d’euros par an en moyenne de 1996 à 2002, dont près de 40 % (494 millions d’euros) sont consacrés à la gestion des eaux usées, puis 20% (241 millions d’euros) pour la gestion de la ressource en eau et 2,5 % (33 millions d’euros) pour la protection des eaux de surface.
  •   par habitant, les sommes consacrées à la gestion de l’eau, entre 1996 et 2002, étaient de 12,82 €/an en moyenne des Départements. Les sommes inférieures ou supérieures traduisent surtout les situations particulières au regard de la ressource et de l’organisation des autres partenaires.

    (Source : Institut Français de l’Environnement, Les dépenses d’environnement des Départements et des régions 1996-2002, Dossier n°2, novembre 2005)

    Leur appui technique et financier s’exerce dans de nombreux domaines :

  •   l’aménagement des cours d’eau et l’entretien des marais (berges, niveaux d’eau, maîtrise hydraulique lors d’aménagements fonciers ...),
  •   la création de nouvelles ressources (réserves d’eau),
  •   l’alimentation en eau potable (captages de ressources souterraines de qualité, périmètres de protection, ouvrages assurant la sécurité d’alimentation). Dans ce domaine, les Communes bénéficient en moyenne, en France, d’un taux de subvention de 36% de la part des Départements pour les travaux de production et de distribution d’eau,
  •   la lutte contre la pollution (assainissement collectif et autonome des villages, traitement des eaux pluviales ...),
  •   la réflexion partenariale pour l’élaboration de schémas directeurs (SAGE, Schémas Eau potable ou Assainissement, protocoles de gestion concertée).

    L’appui de conseil des Départements peut être fourni grâce à des structures spécialisées :

  •   les SATESE (Services d’Assistance Technique aux Exploitants de Stations d’Epuration), dont la vocation est l’optimisation du fonctionnement des systèmes épuratoires des eaux usées,
  •   les CATER (Cellules d’Assistance Technique à l’Entretien des Rivières),
  •   …

    Outre la programmation des aides départementales, les Départements sont responsables de la programmation du Fonds National de Développement des Adductions d’Eau (F.N.D.A.E.).

    En Charente ...

    Situation actuelle de l’eau en Charente

    Politique de l’eau du Département de la Charente

    En Charente-Maritime ...

    Situation actuelle de l’eau en Charente-Maritime

    Politique de l’eau du Département de la Charente-Maritime

    En Deux-Sèvres ...

    Situation actuelle de l’eau en Deux-Sèvres

    Politique de l’eau du Département des Deux-Sèvres

    En Vienne ...

    Situation actuelle de l’eau en Vienne (en 2002)

    Politique de l’eau du Département de la Vienne

    Les Institutions Interdépartementales

    Ces établissements publics territoriaux de bassin (E.P.T.B.), dotés d’une personnalité morale et d’une autonomie financière, ont des compétences en gestion de l’eau, et financent des actions grâce aux participations financières des Conseils Généraux. Ces Institutions sont des lieux de rencontre et de concertation de différents acteurs : conseillers généraux, services de l’Etat, Régions et autres collectivités territoriales.
    Quatre E.P.T.B. ou assimilés touchent la région Poitou-Charentes : Sèvre Nantaise, Sèvre Niortaise, Charente et Vienne.

    Institution interdépartementale pour l’aménagement du fleuve Charente et de ses affluents

    Cette Institution, créée en 1977, qui regroupe des délégués des quatre Conseils Généraux (Charente, Charente-Maritime, Deux-Sèvres et Vienne) de Poitou-Charentes, a pour mission de promouvoir la gestion de l’eau à l’échelle du bassin versant de la Charente, par l’amélioration du régime hydraulique tant en crue qu’en étiage, par le maintien ou la reconquête de la qualité des eaux et des milieux aquatiques, et par la valorisation touristique du fleuve et de ses affluents.

    Pour en savoir plus :
    Le site de l’Institution du fleuve Charente : http://www.fleuve-charente.net
    L’institution interdépartementale du bassin de la Sèvre Niortaise

    Créée en 1987, cette Institution d’études à l’origine a été modifiée en 1992 pour s’orienter vers la réalisation de travaux d’intérêt général. Elle regroupe les départements de la Charente-Maritime, des Deux-Sèvres et de la Vendée. Ses missions sont le maintien des caractéristiques fonctionnelles majeures des réseaux hydrauliques du bassin versant de la Sèvre Niortaise (circulation hydraulique, biologique, qualité biotique, ressource en eau, …), la préservation des usages et des loisirs (navigation, batellerie, circuits touristiques, …), l’amélioration des conditions de gestion, la préservation et la mise en valeur des milieux naturels s’y rattachant (cours d’eau, zones humides, ...).

    Pour en savoir plus :
    Le site de l’Institution de la Sèvre Niortaise : http://www.sevre-niortaise.fr
    L’institution interdépartementale du bassin de la Sèvre Nantaise

    Cette Institution, créée en 1985, regroupe les départements de Loire-Atlantique, Vendée, Deux-Sèvres et Maine et Loire. Elle a pour projet stratégique l’élaboration et la mise en œuvre du SAGE de la Sèvre Nantaise, la préparation d’un contrat de restauration-entretien, la préparation d’un observatoire des pollutions et la communication et la sensibilisation sur le thème de l’eau.

    Pour en savoir plus :
    Le site de l’Institution de la Sèvre Nantaise : http://www.sevre-nantaise.com
    L’Etablissement public du bassin de la Vienne

    L’élaboration du SAGE (Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux) Vienne porté par les Régions Limousin et Poitou-Charentes est à l’origine de la création de cet établissement, en 2007. Il a pour objectif de faciliter sur le bassin de la Vienne, l’action des collectivités et des acteurs de l’eau dans la gestion de l’eau. Il assure ainsi un rôle de coordination, d’animation, d’information et de conseil. Il est également chargé de la mise en œuvre du SAGE Vienne.

    Pour en savoir plus :
    Le site de l’Etablissement public de la Vienne : http://www.eptb-vienne.fr

    La Région

    La Région est une collectivité territoriale récente, issue de la loi du 5 juillet 1972, qui crée des « établissements publics régionaux » et fixe la carte des Régions françaises, et surtout, de la loi de décentralisation du 2 mars 1982.

    Les compétences de la Région, données par le législateur, sont :

  •   le développement économique,
  •   l’aménagement du territoire,
  •   l’éducation (les lycées),
  •   la formation professionnelle et l’apprentissage,
  •   en 2002, les transports régionaux ferroviaires de voyageurs.

    La loi du 13 août 2004, relative aux libertés et responsabilités locales, énumère l’ensemble des nouvelles compétences transférées par l’Etat aux collectivités locales.
    Les compétences transférées notamment aux Régions concernent les secteurs suivants :

  •   le développement économique : renforcement du rôle de coordination de la Région
  •   la formation professionnelle : la Région doit désormais définir et mettre en œuvre la politique d’apprentissage et de formation professionnelle des adultes en recherche d’emploi.
  •   L’éducation et la culture : les personnels techniciens, ouvriers et de services (TOS) des lycées et collèges doivent être recrutés et gérés par la collectivité dont ils relèvent (Département pour les collège, Région pour les lycées).
    (Source : site Internet « Vie publique »)

    La Région Poitou-Charentes intervient actuellement à des degrés divers dans le domaine de l’eau selon les axes suivants :

  •   Améliorer la qualité de la ressource en eau pour la production d’eau potable : le programme Re-Sources
  •   Connaître pour mieux gérer la ressource disponible
  •   Récupérer les eaux pluviales et économiser l’eau potable
  •   Améliorer la gestion des rivières et des milieux aquatiques
  •   Réduire les pesticides dans la région
  • Mentions légales | Aide à la navigation | Conditions d’utilisation | Politique d’accessibilité | Crédits | Plan du site | Cadenas fermé